La Nintendo Switch passée au crible de la rédac de Geek le mag

Podcast audio ? Trop passé ! Podcast vidéo ? Trop présent ! Nous vous proposons une expérience anachronique orientée vers l’avenir : le podcast écrit ! Trois intervenants, un sujet, du dialogue comme si vous y étiez et donc, de la lecture ! Pourquoi ? Parce que lire, c’est bien, pardi !

Et pour ce premier épisode – y en aura-t-il un deuxième ? C’est vous qui déciderez – David, JP et Virgile se sont assis autour de la Switch pour jauger la nouvelle console de Nintendo tels les singes de 2001 devant leur monolithe.

Pour un avis sur Zelda en revanche, c’est dans le prochain numéro que vous le trouverez !

Panel des jurés :

David Julien Rahmil : « ne venez pas me faire rire avec vos consoles de fifrelins »

A commencé à jouer sur NES. Passé sur PC sur lequel il est resté, même s’il a eu une DS dans les mains pendant un bout de temps. N’attend plus grand-chose d’une console.

Pré-coefficient hype : 60%

 

Jean-Pierre Abidal : « Le jeu portable, c’est idéal pour la paix du couple »

A commencé à jouer sur Amstrad CPC. Continué avec la Super NES. Impasse sur les consoles Nintendo suivantes sinon les portables. Extrême loyauté envers les GBA, DS et 3DS.

Pré-coefficient hype : 80% (avec réserves)

 

Virgile Iscan : « Les PC, c’est pour travailler »

La NES a été la première console sur laquelle il a joué. A été loyal à Nintento jusqu’à à la Wii, qui lui a fait remettre en question son allégeance. Depuis, la Wii U aidant, il a perdu la confiance, mais reste envers et contre tout un joueur console.

Pré-coefficient hype : 40%

 

 

1/ Première prise en main :

VI : En ouvrant la boîte, j’ai été surpris par la qualité de la machine. Elle est bien finie, avec des choix de matériaux convaincants. Tout le contraire de la Wii U. On dirait que Nintendo a envie d’en imposer grave. La base est en plastique creux mais pas moche, mais c’est clairement l’écran qui est au cœur de la console, et là, on tient un winner.

DJR : Le côté lourd est sympa, tu as l’impression d’avoir une machine bourrée de technologie et plutôt solide. De plus la position des poignets quand on la tient est plutôt agréable.

JPA : C’est un poids rassurant. Tu as l’impression d’avoir une vraie console en main, mais elle n’a pas l’air fatigante. En comparaison, l’iPad me parait plus  pénible à porter sur la durée.

VI : Et pour moi, c’était un vrai handicap de la tablette de la Wii U, qui était super mal équilibrée.

DJR : J’ai peur de la taille des boutons à l’usage, surtout pour les jeux où tu dois bourriner… J’ai l’impression que le pouce les recouvre tous.

JPA : C’est parce que tu ne joues pas à la 3DS. Je comprends ce que tu veux dire, mais c’est pareil que sur 3DS, et d’expérience ça ne pose pas de problème.

VI : A l’usage, sur Zelda en tout cas, les Joy Con me semblent trop réduits pour des jeux exigeants en action et avec de nombreux contrôles. Un Mario, je pense que ça passe, mais sur des jeux qui demandent une bonne maîtrise des contrôles, je préconise un Pro Controller direct – qui est par ailleurs de bien meilleure tenue que celui de la Wii U.

JPA : Oui, mais au moins, ce sont de vraies gâchettes, ce qui change de la 3DS, et manquait beaucoup sur une portable.

VI : On peut dire qu’elle se colle bien dans le socle ?

DJR : Oui, pas de problèmes avec ça. Mais j’ai l’impression qu’il faut faire un peu gaffe si on ne veut pas niquer le port de chargement USB trop vite.

JPA : Oui, elle se branche bien, mais il est où le RJ 45 sur le socle, là ? Pour une console qui a vocation à proposer beaucoup de jeux en téléchargement, c’est scandaleux.

VI : C’était déjà le cas sur Wii U.

JPA : Mais la Wii U, c’était une aberration ! Pourquoi avoir refait ce choix sur sa successeuse ? C’est insensé ! Et ce n’est pas très rassurant.

DJR : Ah ouais y a rien dans ce socle ! Ooops ! J’ai fait comme le cornet de frite, j’ai renversé l’écran… Bon ben au moins on aura testé la solidité. Sur un plancher, l’écran ne se casse pas !

JPA : Putain, le jeu charge plus vite quand la console est sur le socle !…  Mais ce support qui ne charge pas les Joy Con c’est aussi scandaleux que l’absence de port Ethernet.

VI : En plus, espérons que ce ne soit que sur le modèle pre-release, il fait foirer le stick gauche de temps en temps. Super handicapant dans une séquence de combat exigeante…

JPA : Ça m’énerve cette histoire de support qui ne charge pas. C’est fou de le vendre en option…

VI : Par ailleurs, il est peut-être bon de noter que le petit pied arrière qui protège aussi la micro SD risque d’être sacrifié assez rapidement. C’est un peu nul de l’avoir fait aussi merdique.

JPA: Le truc chouette, pour Nintendo et les accessoiristes, c’est qu’ils pourront t’en revendre un 15€…

VI : Comme des boîtes pour les cartouches. Vu leur taille, va falloir faire vachement gaffe. D’autant qu’on parle pas de petits jeux DS, là. Le dernier Zelda tient sur un truc plus petit qu’un timbre…

 

 

2/ Portable ou salon ?

DJR : Ce qui m’intéresse c’est de savoir comment les gens vont l’adopter. Nintendo vend la Switch comme la plateforme nomade ultime, mais est-ce que ça va vraiment changer la manière dont on va jouer aux jeux vidéo.

JPA : Ça peut changer certaines habitudes de jeu, mais ça va dépendre du line-up. Si t’as pas de jeux qui l’exploitent, ça n’ira nulle-part.

DJR : Tu auras déjà Mario Kart etc…

JP : Oui, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. Moi je veux voir comment les autres développeurs que Nintendo vont se l’approprier.

VI : C’est une belle machine pour l’eSport qui pourrait remplacer des PC portables, mais pour quels jeux ? Est-ce que des mecs qui s’affrontent sur LoL seraient prêts à passer sur Switch ?

JP : Sans voice over IP, ça risque d’être dur, et pour le moment, Nintendo n’a pas communiqué là-dessus, sinon en passant par un téléphone ? En nomade, je ne dis pas, mais chez moi, si je n’ai pas de voice over IP, ce n’est pas une console de salon digne de ce nom…

VI : Le sentiment que j’ai eu en sortant la console de la boîte, c’est de prendre en main une nouvelle portable. L’équivalent d’une Vita plus belle, avec un écosystème bien pensé pour la brancher sur la télé, ce que n’a jamais vraiment eu la Vita.

JP : Oui, c’est une réactualisation de la Vita, aucun doute. Mais du coup, j’espère qu’elle va bénéficier d’un catalogue similaire en termes de jeux indés. Vu les annonces de la semaine dernière, ça a l’air bien parti.

VI : Il y a ce sentiment de propriété avec une portable, mais pas avec une console de salon, que j’ai ressenti tout de suite en sortant la Switch de la boîte. Le sentiment de jouer avec un outil, mon outil. C’est un sentiment important, qui offre une complicité avec la machine, qui est à mon sens le propre d’une bonne console.

DJR : Jouer de loin avec cet écran, c’est quand même super dur. La pub est un peu mensongère…

JPA : Ça va dépendre du jeu. Zelda, c’est clair, c’est chaud.

VI : ça passera mieux sur des jeux pas trop chargé ou avec des gros sprites. Un jeu comme Arms, ça va, c’est tranquille, t’as un mec énorme en face de toi, mais c’est clair que je ne lui prédis pas forcément cet usage, pratique en cas de nécessité, mais pas dans un usage quotidien. En tout cas, en termes de look pur et de prise en main, ça me fait marrer d’avoir l’impression de me retrouver face à l’héritière de la Lynx. Il suffit de télécharger quelques jeux Neo Geo sur le Shop pour revenir 25 ans en arrière.

DJR : Pour en revenir à cette pub où on voit un groupe de joueurs jouer avec leur seul écran devant eux dans une salle, le côté LAN, je n’y crois pas vraiment. Ils vendent la Switch à fond là-dessus, mais je n’arrive pas à le voir. Ça restera super occasionnel je pense. En plus la pub Nintendo et moi, on vit pas dans le même monde. Le mec qui ramène sa console à une soirée bar ou tout le monde est un peu pété, dans mon monde, il risque de casser l’ambiance…

3/ Line up de sortie : fail monumental ou idée défendable ?

VI : Bon, du coup, on se retrouve devant une machine plutôt sexy et convaincante dans sa prise en main. Est-ce que son plus gros handicap ne serait pas son line-up rachitique ? Sacrément audacieux pour un lancement qui joue normalement sur un catalogue bien conséquent…

JPA : Je suis halluciné qu’un studio tiers ne soit pas arrivé avec un gros jeu d’aventure simple, pas en monde ouvert – il y a déjà Zelda – mais juste un truc pour kiffer, et limite 18+ pour montrer un changement de politique éditoriale.

VI : J’y ai pensé et je me suis dit que ce n’était pas forcément de l’audace – je crois qu’ils n’avaient pas le choix – mais que finalement, ce n’est pas inintéressant de prendre le contrepied des lancements classiques. Zelda est vachement généreux. Et bien assez pour que Nintendo puisse dire à ses early adopters : voilà un jeu qui va vous permettre de jouer tranquille, sans avoir à chercher d’autres jeux, sans aller voir ailleurs. Et pas la peine de le rusher, la suite n’arrivera pas tout de suite.

JPA : Et pour une fois, ce n’est pas une resucée.

VI : Bah, c’est quand même un Zelda

JPA : Oui, mais c’est le revamp qu’on attendait depuis des années. Et c’est vrai que pour les mecs qui chopent la console et n’ont que ce jeu, c’est généreux. Et surtout, c’est super malin de la part de Nintendo de le proposer seul, comme ça. C’est une affirmation forte, et si le jeu est à la hauteur, pour moi, ça démontre une confiance certaine en leur machine. Le seul problème, c’est que ça risque de donner l’impression aux « gros » éditeurs qu’il n’y aura pas de place pour autre chose que les jeux Nintendo…

DJR : J’ai pas d’avis sur la question. Je suis en train de jouer.

VI : C’est clairement frustrant, difficilement défendable, limite déshonorant pour Nintendo qui affirment sortir une console trop tôt, mais en se raisonnant un peu, finalement, pourquoi pas ? Je trouve ça pas mal de mater un peu le joueur et de lui faire comprendre qu’il a pris des habitudes hyper consuméristes de merde. Si on vous propose un bon jeu, vous n’en avez pas besoin d’un autre. Voilà comment je traduis ce lancement, même si ça n’a probablement pas été pensé comme ça.

JP : Je ne crois pas non plus, mais ton optimisme me redonne foi en l’humanité :)

4/ Désir d’avenir ?

VI : J’aimerais être sûr que cette histoire de Joy Con peut être réparable rapidement, sinon, la console va avoir à peu près le même succès que le dernier Galaxy Note.

JPA : Il faut un accès simple à l’eShop pour les développeurs, comme Microsoft l’avait fait pour sur 360 ou Sony pour la PS4 et la Vita. Grâce aux jeux indés, qui sont de plus en plus excellents, les gamers auront de quoi attendre les très gros jeux. Dans le cas contraire, la Switch va vite prendre la poussière… comme la WiiU !

DJR : Mais pourquoi la Wii U s’est plantée d’ailleurs ?

JP : Parce qu’elle était mal pensée, que c’était un enfer pour les développeurs. Même Nintendo n’a pas réussi à exploiter correctement leur système. C’était une aberration technologique et ergonomique.

VI : La Switch conserve l’aspect écran portable – mais vraiment portable cette fois – sans se faire chier avec le jeu asymétrique.

JP : C’est une console classique qui est une héritière de la Vita, propre à accueillir un tas de jeux indés. Je vois un jeu comme Death Gambit, qui est une exclu PS4, mais qui pourrait très bien atterrir sur Switch. C’est exactement ce que j’attends de cette console. Perso, j’aurais adoré que Nintendo ait négocié un Left 4 Dead 2 pas cher en day one.

VI : Je rêve de jouer à des RPG qui pour moi n’avaient pas de plateforme appropriée. Je pense à Persona, notamment ! Jeu éminemment destiné à une plateforme portable, mais qui souffrait d’un écran trop petit et de contrôles délicat sur Vita. Et j’avoue que depuis que j’ai vu que Thumper arrivait sur la console au printemps, je suis ouf. C’est une vraie killer app à mes yeux. Mais je suis peut-être seul.

JPA : Je plussoie ton envie de RPG. Perso, j’espère qu’on aura droit à une version de Darkest Dungeon ou de Wasteland 2.

VI : Si cette console marche – et elle est propre à éveiller l’envie quand on la prend en main – on se souviendra de ce lancement ahurissant. Dépourvu de titres. Aujourd’hui, contrairement à la 3DS et la Wii U sur lesquels l’eShop n’était pas implanté de manière fluide, il est facile d’aller glaner des titres sans souffrir de chargements indécents en tout cas. Et c’est déjà une très bonne chose, et la preuve que Nintendo sait aussi apprendre de ses erreurs.

 

 

WISHLIST :

Quels jeux se trouveraient un chez soi idéal dans la mémoire de la Switch ?

DJR :

Micro machine

L’ensemble du catalogue Devolver

 

VI :

Rocket League

Persona V

Windjammers

Overwatch

Street Fighter V

 

JPA :

Broforce

Overwatch

Monster Hunter – une itération un peu nouvelle.

Resident Evil : Revelations 3 (on peut toujours rêver)

Invisigun Heroes

Darkest Dungeon

 

 

VERDICT / Post-coefficient hype :

DJR : 65%

Je ne suis pas du tout la cible. Je suis trop sédentaire pour avoir une nouvelle console portable. Je ne vois pas l’intérêt d’avoir une nouvelle console Nintendo pour remplacer la Wii U, mais si ça doit arriver, j’aimerais y voir de nouveaux jeux et pas forcément indé, vu que je joue déjà à la manette sur Steam. Quoi qu’il en soit, la machine est clairement sexy.

 

JPA : 90% (avec toujours autant de réserves)

Nintendo a conçu une machine qui a de la gueule. En tout cas en mode portable, ça claque. Tout est intelligemment pensé. Si des développeurs se sortent les doigts du cul, il y a moyen d’avoir de très belles expériences de jeu. Des FPS coop, en VS, en 4V4, des RPG qui tuent ou des jeux d’arcade type Bomberman qui peuvent vraiment exploiter le côté « Lan » de la machine.

 

VI : 90% (80% avant l’annonce de Thumper)

Avec un peu plus d’autonomie, la Switch serait de très loin la meilleure portable du marché. Il se trouve qu’elle se branche facilement sur une télé sans trop perdre de sa qualité… Même si je trouve ça précoce, je suis content que Nintendo désavoue la Wii U qui semblait patiner depuis un moment. Achat Day One ? A moins de ne pas avoir de Wii U pour jouer au fabuleux Breath of the Wild – believe the hype – pas forcément. En revanche, pour peu que la ludothèque soit au rendez-vous – et vu les annonces « Nindies » faites la semaine dernière, c’est un peu rassurant – et que le problème de stick soit lié au software et pas au hard, la Switch a tout pour devenir une console culte. Mais pas avant la fin de l’année.

 

La Nintendo Switch passée au crible de la rédac de Geek le mag

Tags: , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire